• Tradition et modernité-0
  • Tradition et modernité-0

Tradition et modernité

Noté 5.00 sur 5 basé sur 2 notations client
2 avis client

16,00

Dans cette étude, l’auteur examine dans une première partie le champ d’étude et la limite de la vérité scientifique que la pensée moderne utilise comme argument d’autorité pour nier toute transcendance et pour faire passer frauduleusement des propositions philosophiques discutables, pour des vérités établies. Dans une deuxième partie, l’auteur évalue dans la perspective traditionnelle le devenir intellectuel social et historique en cours au sein de la civilisation occidentale moderne depuis six siècles environ. Enfin, dans la troisième partie, l’auteur examine les postulats de base de « l’islamologie appliquée » prônée par M . Arkoun dans le sillage de l’orientalisme officiel.

UGS tradition-et-modernite Categories ,

Description

Dans cette étude, l’auteur examine dans une première partie le champ d’étude et la limite de la vérité scientifique que la pensée moderne utilise comme argument d’autorité pour nier toute transcendance et pour faire passer frauduleusement des propositions philosophiques discutables, pour des vérités établies. Dans une deuxième partie, l’auteur évalue dans la perspective traditionnelle le devenir intellectuel social et historique en cours au sein de la civilisation occidentale moderne depuis six siècles environ. Enfin, dans la troisième partie, l’auteur examine les postulats de base de « l’islamologie appliquée » prônée par M . Arkoun dans le sillage de l’orientalisme officiel. L’impertinence de ces postulats apparaît clairement dès qu’ils sont mesurés par les principes de la perspective traditionnelle. Ces postulats de « l’islamologie appliquée » correspondent, en effet, à toutes les idées qui, depuis quelques siècles, ont contribué à l’évacuation de la notion de chrétienté en Occident. En sorte que cette « islamologie appliquée » proposée pour soi disant « libérer et revivifier la pensée islamique », apparaît davantage comme l’expression d’une volonté de « désislamisation appliquée ». « Ce livre comporte, dans cette édition, une partie complémentaire où sont discutés les statuts épistémologiques respectifs de la foi, de la raison discursive, de la philosophie en général et de la philosophie marxiste en particulier. Il comporte enfin quelques aperçus sur la situation actuelle et les perspectives du recyclage historique de la société musulmane ».

Informations complémentaires

Poids 275 g
Dimensions 23 x 15.5 x 1.3 cm
Auteur

ISBN-13

Maison d'édition

Nombre de pages

2 avis pour Tradition et modernité

  1. lectrice

    excellent ouvrage

    Lecture nécessaire.
    Dès la préface l’auteur pointe les enjeux essentiels “l’islamisation de la modernité en lieu et place de la modernisation de l’Islam prônée actuellement dans le sillage de la déviation, pour mieux le liquider dans la conscience”.
    Une étude référencée et exhaustive.

    Note 5 sur 5
  2. ب

    Un ouvrage à lire impérativement.
    Un travail riche, clair, … : une démystification des sciences humaines et sociales au cours de laquelle l’auteur expose , détaille ” les conditions générales qui ont amené l’éclosion historique de l’esprit anti-traditionnel en Europe. ” p.77
    Après avoir exposé le préjugé scientifique, le préjugé historique, l’auteur s’intéresse au préjugé anthropologie dans lequel il dénonce l’action subversive des auteurs orientalistes ( Louis Massignon, Henri Corbin, ….) dont le travail est ” l’inoculation de fausses idées dans le cours de la pensée islamique sous l’influence de la branche orientaliste appelée “l’islamologie” p.78. Le but véritable fixé à l'”islamologie appliquée” est : ” l’extinction de la conscience du musulman, à l’idée même de la Révélation islamique, pour faciliter sa prise en charge par le satanisme.” p.156
    Et pour les auteurs qui se revendiquent ou que l’on voudrait assimiler à la Tradition comme l’historien Mircea Eliade ; Hamza Benaîssa écrit à son sujet ” Quant à l’œuvre de M. Eliade… cela demeure malgré tout, insuffisant, suite à une interprétation assujettie au transformisme et sans véritable racine intellectuelle propre à la Tradition. Il en a découle que le sens du langage religieux est, au mieux, réduit au terre à terre de la psychologie, quand le plancher de celle-ci n’est pas crevé en direction du côté inférieur et obscur de l’être, comme l’illustre la trop grande confusion dont il gratifie les théories freudiennes et junguienne. En outre, chez lui, le vide traditionnel ou le comble anti-traditionnel, conjugué à la manie du document, porte préjudice à la nécessité de distinguer ce qui est régulier de ce qui est déviation. C’est ainsi que des courants qui relèvent du satanisme, comme le spiritisme, le théosophisme, l’occultisme etc… se trouvent anormalement intégrés au cadre général de la spiritualité… M. Eliade n’a jamais dégagé le sens religieux et spirituel, de l’acceptation psychologique et psychanalytique, où l’a confiné le sentimentalisme protestant et la philosophie allemande. p.155 et p.211.
    ” Pour terminer cette étude, nous allons voir comment le vide traditionnel est , en général, comblé par les idées anti-traditionnelles. car, faut-il le rappeler, la Révélation n’est ni une érudition plus ou moins vaine, ni une spéculation interminable, mais le support nécessaire et suffisant, pour que l’Homme retrouve et recouvre le sens de l’éternité. p.150.

    Cette lecture : un régal

    Note 5 sur 5
Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *